Et pourtant, un soir, je l'ai croisée, sur le chemin qui passe entre le cimetière et les arbres morts.

J'avais enfin réussi à m'échapper du cachot où j'étais retenu. J'avais profité des rayons de la pleine Lune qui éclairait ma prison. Utilisant mon épingle qui retient mon plaid, j'ai ouvert la porte, et j'ai suivi les marches. J'étais pieds nus et j'avais froid. Je me suis élancé sans regarder où j'allais, je voulais m'éloigner au plus vite de la tour. Mais je m'approchais d'un endroit qu'on dit maudit : ce passage du chemin entre le cimetière et les arbres morts. On dit que les nuits de pleine Lune, une sorcière vampire sort de sa tombe et qu'il vaut mieux ne pas la croiser. Légendes, simples légendes...

Mais là, elle se dressait devant moi, le visage blanc comme la neige, la bouche rouge sang, et souriante de toutes ses dents. La Lune reflétait dans ses crocs. Je pris peur mais il n'était pas question que j'aille en arrière. Je préférais même affronter la sorcière que de retomber entre les mains des autres...

Je poursuis alors mon chemin, en m'écartant de la route pour me réfugier entre les arbres morts. Mais alors que, caché derrière un arbre, je regarde pour voir où est la sorcière, je sens une main se poser sur mon épaule : c'est elle !

Mon cœur se met à battre très fort et très vite : je suis terrifié. Alors, je dis, dérisoirement et désespérément : "ne me tue pas, s'il te plait ne me tue pas". Elle a déjà entouré mes poignets de ses longs doigts crochus et approche sa bouche de mon cou. Mais au moment où je m'attendais à être mordu, elle me murmure à l'oreille "je n'en ai pas l'intention"...

Je la regarde, toujours terrorisé, mais surpris. Alors elle ajoute : "tu seras juste mon appas ; vois-tu, les gens qui t'ont enlevé et séquestré dans ma tour sont des voleurs et des assassins. Ils cherchent depuis des années et des années mon trésor, de génération en génération, n'hésitant pas quant aux moyens employés (meurtres, tortures, trous creusés sans vergogne dans mes jardins). Ils se disent propriétaires des lieux, les imposteurs ! Alors, ce soir, je vais me venger. Pourquoi étais-tu entre leurs mains ?"

Je lui réponds que je les ai vus et entendus parler du trésor de la sorcière vampire, et qu'ils ont craint que je ne répète à tout le monde qu'ils avaient l'intention de la déterrer. Quand elle apprend ça, ses yeux et ses dents luisent de plus belle : "alors, je ne vais pas hésiter : ils vont apprendre qu'il ne faut pas s'en prendre à moi ! Lorsqu'ils m'ont assassinée il y a plusieurs siècles, les ancêtres de ces importuns ont oublié que j'étais une sorcière très puissante. Je sentais le mauvais coup venir, aussi j'ai fabriqué une potion interdite, prononcé une formule défendue, et me voici vampire. Je ne serai libre que lorsque j'en aurai fini avec eux !"

Sur ces mots, elle me saisit par les épaules, et nous nous envolons pour nous retrouver au milieu du chemin, puis elle disparaît. Je vois avec horreur les autres arriver. Je n'ose même pas imaginer ce qu'ils vont me faire. Mais alors qu'ils m'entourent menaçamment, le tonnerre gronde, un éclair jaillit, et la sorcière surgit. Tous mes assaillants se figent de peur. Elle me dit de fermer les yeux, et de ne les ouvrir sous aucun prétexte. C'est ce que je fais, et là j'entends des paroles étranges résonner dans l'air, des cris d'épouvante, puis plus rien. Je n'ose pas ouvrir les yeux. Mais une main douce se pose sur mon bras : "tu peux regarder, maintenant". Les autres ont disparu. La sorcière n'est plus vampire, presque plus fantôme : elle s'efface. Et elle est si belle...

"Je suis enfin libre, grâce à toi... Je peux enfin me reposer en paix. Prends mon écharpe : c'est la récompense que tu as amplement méritée."

Et aussitôt, plus aucune trace d'elle. Ma tête tourne, j'ai mal, je sens que je tombe...

Il est presque midi quand je me réveille. Je croise ma sœur, et je lui raconte mon rêve : "j'ai fait un dôle de rêve ! Il y avait des gens qui me retenaient dans une sorte de donjon, je me suis enfui et j'ai rencontré le fantôme d'une sorcière vampire, elle m'a pris comme appas pour se venger des autres, et elle a fini par me donner son écharpe, et je suis retombé dans mon lit" !

Mais lorsque je retourne dans ma chambre pour faire mon lit, mon sang se glace : au milieu des draps se trouve une écharpe : l'écharpe de la sorcière...